Les Dézingueurs

Site officiel de la compagnie de théâtre

Auteur : Les Dézingueurs

L’Enfant qui portait le monde

d’après « Amal et la lettre du roi » de Rabindranath Tagore et « Kim » de Rudyard Kipling – Partenaires | Coproducteurs en recherche

Amal BD

L’HISTOIRE

Amal a 11 ans. Amal veut vivre pleinement sa vie, mais les médecins l’obligent à garder le lit en raison de sa jeunesse maladive. Etre enfermé quand il y a tant à découvrir… Face au silence et au déni de son oncle adoptif, Amal se révolte et se perd dans ses rêves, jusqu’à ce qu’il accède à la magie de l’univers, guidé par un mystérieux voyageur. A quel prix ?

Le destin d’Amal se joue en ces heures tourmentées. Celles des ambitions sans limites, mais aussi des illusions les plus cruelles et des grandes tentations, à une étape charnière : l’entrée dans l’âge d’homme. Prélude chaotique d’une vie nouvelle. Inconnue. Fragile. Fébrile. Inachevée. Entre conte initiatique et théâtre d’apprentissage, L’Enfant qui portait le monde propose une vision en clair-obscur de l’enfance face à la peur de la mort et au désir de liberté. Au-delà du drame violent que reflète la sortie de cet état d’enfance, c’est aussi l’amour toxique parents-enfants que dénonce cette pièce de transition sombre, mystique et tendre. Tendresse pour ce garçon qui consume sa vie depuis sa chambre et fait comme si le monde l’attendait, avec une volonté de vivre viscérale, un appétit presque charnel. Tendresse pour cet oncle impuissant, écrasant et pathétique, qui porte à bout de bras cet enfant qui lui échappe. Une métaphore de la mort comme rite de passage à l’âge des métamorphoses. Jeune. Trop jeune. Et pourtant…

Première étape de travail : quelques images tournées le 17 mai 2018 dans le cadre d’une lecture à la Maison des Auteurs de la SACD.


NOTE D’INTENTION

Une voix trouble. Des bras trop grands. Des jambes trop petites. Pas assez de poils. Trop de poils. Des poils ? Un peu… Fais voir ?

Ce corps en mutation est une curiosité. Une bizarrerie. L’objet de toutes sortes de moqueries. Et puis il y a les pulsions. Les tentatives de suicide, plus ou moins conscientes, chez l’enfant de dix ou onze ans. Une réalité que beaucoup d’adultes ne veulent pas voir, enfermant leurs chères têtes blondes dans la douceur ouatée et mensongère d’une enfance qui se perd. Préado. Cet être hybride, étrange et maladroit, que peut-il dire ? Trop jeune. Trop vieux. Pas vraiment ado. Alors quoi ? Lui ne trouve pas sa place dans une société où l’on passe son temps à vous coller des étiquettes. De toute façon il n’a pas l’âge. Quel âge d’ailleurs ? Un entre-deux âges. Un entre-deux-mondes. Et ses codes, ses rituels, ses coups de gueule et ses silences. Laisse tomber, ça lui passera. C’est l’âge bête il fait sa crise. Crise de croissance. Une bouture qui prend pas. Ou mal. Une pathologie, une maladie, à laquelle on survit. Ou pas. Il paraît qu’un gêne est responsable de tout ça. KiSS-1. Un simple gène pour activer ce mal mystérieux et inguérissable que l’adulte cherche à étouffer et à combattre, parce qu’il ne le comprend pas : la puberté.

Ma rencontre avec la pièce Amal et la lettre du roi s’est faite après un vécu hospitalier douloureux et juste avant la naissance de mon fils. Avec la prise de conscience que mettre au monde un enfant, c’était aussi, en tant que parent, devoir vivre avec l’angoisse de le perdre à tout moment. La maladie bien sûr, les accidents, la malveillance, mais aussi tout simplement, l’inévitable passage à l’adolescence et son cortège d’expériences morbides et de non-dits. Je me suis souvenue à quel point la sortie de cet état d’enfance avait été pour moi des plus violentes. Peut-être parce que je n’y étais pas préparée. Mais au final j’ai eu de la chance. La greffe a pris. J’ai pas poussé bien droit, mes tuteurs n’étaient pas terribles, mais j’ai poussé quand même. Contrairement à certaines de mes amies qui n’ont pas réussi à franchir ce cap… Et les mots que j’ai cherchés pendant des années étaient là, contenus dans ce texte rare, méconnu, sensible et pudique de Rabindranath Tagore. J’ai été touchée par la foi de cet homme en l’humanité, par sa vision poétique du monde et son amour inconditionnel de la vie, en dépit de ses événements tragiques.

Il faut oser grandir. Si j’ai choisi d’adapter et de porter ce texte, c’est pour tenter de redonner la parole à un âge où l’on ne vous écoute pas, où l’on ne vous voit pas. L’Enfant qui portait le monde est une pièce de transition dédiée à toutes ces mauvaises graines qui se sont battues ou qui se battent encore pour se développer et s’épanouir envers et contre tou(t)s.

Marianne Ayama, metteur en scène, auteur-adaptatrice

L'Enfant qui portait le monde

 Illustration : Edouard Turlan – Crédit photo : Stéphane Bouquet

News

« L’Enfant qui portait le monde » à la SACD

Lecture à la SACD

Mai 2018 – Après une première étape de travail présentée au Théâtre de la Contrescarpe, le 26 avril dernier, la compagnie Les Dézingueurs a poursuivi son exploration autour de la pièce L’Enfant qui portait le monde, à la Maison des auteurs de la SACD le 17 mai, avec une lecture engagée du texte par les comédiens Daravirak Bun, Erwan Creignou et Xavier Berlioz, le tout rythmé par le chant envoûtant de Patricia Nagera. Prochaine étape : décrocher une résidence de création ! Nous ne remercierons jamais assez les Ateliers Francoeur et le Studio Pygmalion de nous avoir permis de répéter dans des conditions idylliques.


« L’Enfant »… en résidence aux Ateliers Francoeur

Avril 2018 – Résidence de lecture aux Ateliers Francoeur (Paris 18e) avec Patricia, Erwan, Xavier, Dara et Marianne. Quand le texte de Tagore cherche ses marques et trouve de nouvelles voix. Au programme : travail à la table, sur la table, sous la table… Elle a pris cher, la pauvre table. Merci aux Ateliers Francoeur de nous avoir prêtée cette formidable partenaire de jeu, et au THÉÂTRE DE LA CONTRESCARPE de nous accueillir pour une lecture. Rendez-vous le 26 avril prochain pour découvrir cette première étape de travail !

News

« L’Enfant qui portait le monde » : premiers pas

Décembre 2017 – Après Un été sur le Septième Continent, Les Dézingueurs se lancent dans une nouvelle aventure : L’Enfant qui portait le monde, un conte initiatique d’après la pièce Amal et la lettre du roi de l’auteur bengali Rabindranath Tagore (Prix Nobel de Littérature 1913). Première mise en scène de Marianne Ayama qui a commencé à confronter le texte au plateau lors d’essais avec différents comédiens à l’espace de création LILAS EN SCÈNE, dans le cadre d’une exploration dramaturgique aux côtés de Laurent Leclerc (Cie Barouf Théâtre). Plus d’infos sur le projet et son équipe très prochainement…

– Les livres sont comme la sève desséchée. Moi je préfère voir des pays
Voir quoi ?
– Des pays et tout ce qu’on y trouve. Comme cette montagne… voir tout ce qui existe par-delà les neiges
– Écoutez-le donc. Il dit des bêtises mon petit ami. Tu vois bien que si cette montagne se tient là-bas toute droite comme une barricade c’est pour t’empêcher précisément d’aller plus loin. Sans quoi ce serait bien la peine d’avoir entassé tous ces gros rochers et de s’être donné tant de mal !
– Vous croyez vraiment, mon oncle, qu’elles sont là pour nous empêcher de passer les montagnes ? Je crois moi que la terre se soulève ainsi vers le ciel parce qu’elle ne peut pas parler


« Un été sur le Septième Continent » : pari réussi !

Un été sur le Septième Continent

Février 2017 – Premier succès pour notre toute première création Un été sur le Septième Continent, programmée pour 24 représentations en janvier et février 2017 à LA MANUFACTURE DES ABBESSES, mise en scène par Aurélie Bouquet sur une idée de Marianne Ayama. Adapter sur les planches les chroniques de l’écrivain-journaliste Alain Rémond, tirées du recueil Le Cintre était sur la banquette arrière, il fallait oser. Nous sommes heureux d’avoir pris ce risque et rêvons désormais de faire voyager notre pièce pour permettre à chacun de découvrir ce paradis rouillé, peuplé d’objets étranges et facétieux, où se sont échoués les Adam et Eve de l’hyperconsommation. Affaire à suivre…

« Ce triomphe d’un absurde, qui est pourtant déjà le lot quotidien de nombre d’habitants des continents terrestres, déconcerte et inquiète au premier abord. Mais quand on est deux, de bonne compagnie, et excellemment interprétées par François Audoin et Marianne Ayama, par ailleurs adaptatrice du livre d’Alain Rémond, on a moins peur. »

Philippe Person, Froggy’s delight, janvier 2017


Alain Rémond sur le continent des Abbesses

Rencontre Alain Rémond à la Manufacture des Abbesses

Janvier 2017 – La Manufacture des Abbesses vous invite mercredi 18 janvier à 19h à une rencontre avec Alain Rémond, auteur du recueil de chroniques Le Cintre était sur la banquette arrière, dont notre adaptation Un été sur le Septième Continent est actuellement à l’affiche. Un moment de vie, d’échange et de partage autour des thèmes du spectacle et… d’un verre.

L’auteur : Alain Rémond, journaliste, est l’auteur de récits très personnels qui ont été des best-sellers, depuis Chaque jour est un adieu jusqu’à Comme une chanson dans la nuit, publiés aux éditions du Seuil.

À propos de l’ouvrage d’Alain Rémond :
« Ce recueil est une nouvelle occasion de se régaler » – La Croix
« Au gré de son vagabondage hilare, ce fils de Desproges et du satiriste viennois Karl Kraus installe surtout un regard sur l’époque » – Le Magazine Littéraire

News

« Un été… » en résidence à la Grange d’Adrien

Septembre 2016 – Résidence de création à la Grange d’Adrien (Sully-sur-Loire) avec Florent, Etienne, Marianne et Aurélie dans le feu de l’action ! Nous n’avons pas fait que jouer au « Uno ». Vous pourrez en juger par vous-même lors du Showcase de notre spectacle Un été sur le Septième Continent qui se jouera le 26 septembre prochain à la Manufacture des Abbesses (Paris 18e).