Les Dézingueurs

Site officiel de la compagnie de théâtre

Catégorie : Théatre Tous publics

News

« L’Enfant qui portait le monde » à la SACD

Lecture à la SACD

Mai 2018 – Après une première étape de travail présentée au Théâtre de la Contrescarpe, le 26 avril dernier, la compagnie Les Dézingueurs a poursuivi son exploration autour de la pièce L’Enfant qui portait le monde, à la Maison des auteurs de la SACD le 17 mai, avec une lecture engagée du texte par les comédiens Daravirak Bun, Erwan Creignou et Xavier Berlioz, le tout rythmé par le chant envoûtant de Patricia Nagera. Prochaine étape : décrocher une résidence de création ! Nous ne remercierons jamais assez les Ateliers Francoeur et le Studio Pygmalion de nous avoir permis de répéter dans des conditions idylliques.


« L’Enfant »… en résidence aux Ateliers Francoeur

Avril 2018 – Résidence de lecture aux Ateliers Francoeur (Paris 18e) avec Patricia, Erwan, Xavier, Dara et Marianne. Quand le texte de Tagore cherche ses marques et trouve de nouvelles voix. Au programme : travail à la table, sur la table, sous la table… Elle a pris cher, la pauvre table. Merci aux Ateliers Francoeur de nous avoir prêtée cette formidable partenaire de jeu, et au THÉÂTRE DE LA CONTRESCARPE de nous accueillir pour une lecture. Rendez-vous le 26 avril prochain pour découvrir cette première étape de travail !

News

« L’Enfant qui portait le monde » : premiers pas

Décembre 2017 – Après Un été sur le Septième Continent, Les Dézingueurs se lancent dans une nouvelle aventure : L’Enfant qui portait le monde, un conte initiatique d’après la pièce Amal et la lettre du roi de l’auteur bengali Rabindranath Tagore (Prix Nobel de Littérature 1913). Première mise en scène de Marianne Ayama qui a commencé à confronter le texte au plateau lors d’essais avec différents comédiens à l’espace de création LILAS EN SCÈNE, dans le cadre d’une exploration dramaturgique aux côtés de Laurent Leclerc (Cie Barouf Théâtre). Plus d’infos sur le projet et son équipe très prochainement…

– Les livres sont comme la sève desséchée. Moi je préfère voir des pays
Voir quoi ?
– Des pays et tout ce qu’on y trouve. Comme cette montagne… voir tout ce qui existe par-delà les neiges
– Écoutez-le donc. Il dit des bêtises mon petit ami. Tu vois bien que si cette montagne se tient là-bas toute droite comme une barricade c’est pour t’empêcher précisément d’aller plus loin. Sans quoi ce serait bien la peine d’avoir entassé tous ces gros rochers et de s’être donné tant de mal !
– Vous croyez vraiment, mon oncle, qu’elles sont là pour nous empêcher de passer les montagnes ? Je crois moi que la terre se soulève ainsi vers le ciel parce qu’elle ne peut pas parler


« Un été sur le Septième Continent » : pari réussi !

Un été sur le Septième Continent

Février 2017 – Premier succès pour notre toute première création Un été sur le Septième Continent, programmée pour 24 représentations en janvier et février 2017 à LA MANUFACTURE DES ABBESSES, mise en scène par Aurélie Bouquet sur une idée de Marianne Ayama. Adapter sur les planches les chroniques de l’écrivain-journaliste Alain Rémond, tirées du recueil Le Cintre était sur la banquette arrière, il fallait oser. Nous sommes heureux d’avoir pris ce risque et rêvons désormais de faire voyager notre pièce pour permettre à chacun de découvrir ce paradis rouillé, peuplé d’objets étranges et facétieux, où se sont échoués les Adam et Eve de l’hyperconsommation. Affaire à suivre…

« Ce triomphe d’un absurde, qui est pourtant déjà le lot quotidien de nombre d’habitants des continents terrestres, déconcerte et inquiète au premier abord. Mais quand on est deux, de bonne compagnie, et excellemment interprétées par François Audoin et Marianne Ayama, par ailleurs adaptatrice du livre d’Alain Rémond, on a moins peur. »

Philippe Person, Froggy’s delight, janvier 2017


Alain Rémond sur le continent des Abbesses

Rencontre Alain Rémond à la Manufacture des Abbesses

Janvier 2017 – La Manufacture des Abbesses vous invite mercredi 18 janvier à 19h à une rencontre avec Alain Rémond, auteur du recueil de chroniques Le Cintre était sur la banquette arrière, dont notre adaptation Un été sur le Septième Continent est actuellement à l’affiche. Un moment de vie, d’échange et de partage autour des thèmes du spectacle et… d’un verre.

L’auteur : Alain Rémond, journaliste, est l’auteur de récits très personnels qui ont été des best-sellers, depuis Chaque jour est un adieu jusqu’à Comme une chanson dans la nuit, publiés aux éditions du Seuil.

À propos de l’ouvrage d’Alain Rémond :
« Ce recueil est une nouvelle occasion de se régaler » – La Croix
« Au gré de son vagabondage hilare, ce fils de Desproges et du satiriste viennois Karl Kraus installe surtout un regard sur l’époque » – Le Magazine Littéraire

Un été sur le Septième Continent

Un conte post-apocalyptique d’après « Le Cintre était sur la banquette arrière » d’Alain Rémond, paru aux Éditions du Seuil

Un été sur le Septième Continent

L’HISTOIRE

Un jeune intello phobique des cintres bascule dans un entre-deux-mondes hostile et déshumanisé où les objets pensent et souffrent, où les humains finissent chosifiés, jusqu’à sa rencontre avec une étrange créature amnésique… Un été sur le Septième Continent retrace l’histoire émouvante de ces deux âmes égarées dans un univers parallèle féerique et absurde – le Septième Continent des Objets : un voyage initiatique entre conte et humour, avec en filigrane une critique de notre société d’hyperconsommation.

Adaptation : Marianne Ayama
Mise en scène : Aurélie Bouquet
Jeu : Marianne Ayama et Etienne Bianco, en alternance avec François Audoin
Scénographie : Florent Burgevin
Musique originale : Jean-Pierre Bouquet
Création lumières : Julien Cocquet
Chorégraphie : Patricia Nagera
Costumes : Véronique Boisel
Durée : 1h05


NOTE D’INTENTION

Neuf générations d’iPhones en sept ans, des machines à laver tombant en panne après 2 500 cycles dans un dernier roulement de tambour, des ordinateurs bons à jeter pour cause d’incompatibilité… Les déchets s’accumulent tandis que se développe notre addiction à la consommation. Sommes-nous culturellement programmés pour condamner à une mort prématurée tous ces appareils en parfait état de marche ? Et les humains à la poubelle, c’est pour quand ?

Le Cintre était sur la banquette arrière nous propose avec humour et sensibilité un mode d’emploi de la vie dans notre société obsédée par la quête d’un bonheur marchandisé, prise en flagrant délit d’obsolescence. De l’humain à l’objet, on se rend compte aujourd’hui, en regardant autour de nous, qu’il n’y a peut-être qu’un pas, du salarié jetable au SDF sur un coin de trottoir, sans parler des supermarchés de l’amour. A usage unique, vie unique.

Et si, d’un seul coup, les rôles s’inversaient et que nous basculions dans le monde des objets, un nouveau monde hostile pour l’homme en proie à la revanche des objets se sentant injustement maltraités. Que se passerait-il ? Pourrait-on encore revenir en arrière ? Et si finalement nous étions en train d’assister, impuissants, à une fin du monde en direct orchestrée par les objets qui échapperaient à notre contrôle après des années de servitude ?

Pour porter ce texte pour la première fois sur les planches, l’Apocalypse – et tout le symbolisme, l’onirisme, le questionnement critique qui en découlent – s’est imposée comme point de départ : l’Apocalypse environnementale et humaine à laquelle sont confrontés les deux personnages de la pièce, deux cœurs désaccordés qui ont oublié de vivre et finiront tous deux au tribunal, dans un monde qui redonne la parole aux objets. Au final, nous avons choisi de traiter l’histoire sous une forme absurde et décalée, d’introduire du merveilleux et de la magie, derrière l’intensité dramatique de ce qui peut s’apparenter à un conte post-apocalyptique emprunt d’humour et de légèreté.


L’AUTEUR

Né en 1946 à Mortain dans la Manche, Alain Rémond, romancier et chroniqueur français, a fait des études de philosophie. Professeur d’audiovisuel, puis critique de cinéma, il entre en 1973 à Télérama comme journaliste. Rédacteur en chef adjoint à Paris-Hebdo en 1979, il rejoint les Nouvelles Littéraires en 1980. C’est à lui que l’on doit la création, en 1981, de la rubrique « Mon œil » à Télérama dont il est le rédacteur en chef jusqu’en 2002. Alain Rémond a par ailleurs participé pendant six ans à l’émission « Arrêt sur images » diffusée sur France 5. Il collabore à La Croix et à Marianne où il rédige avec humour billets d’humeur et chroniques fondés sur l’observation des tracas de la vie quotidienne, tout en abordant des problèmes majeurs de société. Alain Rémond est l’auteur de récits très personnels qui ont été des best-sellers, depuis Chaque jour est un adieu jusqu’à Comme une chanson dans la nuit.


L’ADAPTATION

« Le Cintre était sur la banquette arrière est un recueil de chroniques douces-amères,  initialement publiées dans le magazine d’information Marianne. Il y est question de manchots, de « textique », de bernaches, de chou farci et de politique… mais aussi de cintres et d’armoires en kit. Racontant ses déboires au quotidien avec les objets qui l’entourent, Alain Rémond porte un regard ironique et lucide sur le mal dont souffre notre société de consommation. Il nous livre aussi, en filigrane, ses angoisses face à l’avenir et au temps qui passe. Très touchée par sa réflexion autour de l’usure des êtres et des choses, c’est avant tout cette poésie d’un quotidien absurde et tragique que j’ai voulu convoquer en adaptant ses chroniques pour la première fois au théâtre… Ce rapport conflictuel au monde d’un personnage qui voit le mode d’emploi des objets lui échapper au même titre que sa propre existence, l’urgence à rendre aux objets du quotidien leur dignité. Il me fallait alors donner une articulation dramatique à ces chroniques totalement indépendantes les unes des autres. D’où le fil conducteur du complot des objets contre les humains, faisant référence au titre énigmatique de l’ouvrage pour lequel j’ai eu un violent et non négociable coup de cœur. »

Marianne Ayama, auteur-adaptatrice

Illustration : Elsa Hieramente

News

« Un été… » en résidence à la Grange d’Adrien

Septembre 2016 – Résidence de création à la Grange d’Adrien (Sully-sur-Loire) avec Florent, Etienne, Marianne et Aurélie dans le feu de l’action ! Nous n’avons pas fait que jouer au « Uno ». Vous pourrez en juger par vous-même lors du Showcase de notre spectacle Un été sur le Septième Continent qui se jouera le 26 septembre prochain à la Manufacture des Abbesses (Paris 18e).